Sébastien COCHARD, premier épisode introductif

Sébastien Cochard


Un brin timide, la tête dans les nuages, peu loquace… tel m’apparut Sébastien dans les premières années 2000. Mais dès qu’il se mit aux claviers de Mouzon, je compris que j’avais affaire à une personnalité peu ordinaire.
C’est un pur sanglier des Ardennes, de vieille souche carolopolitaine, parcourant depuis son enfance les pavés foulés par Rimbaud, entre Meuse et Place Ducale. Ses études musicales l’ont mené de Pascale Rouet à Aude Heurtematte, et il ramène de Lille une gerbe entière de médailles d’or et de premiers prix.
Revenu dans sa métropole ardennaise il y enseigne la musique – avec passion – joue à l’église Saint-Rémi toute proche, sa paroisse, à l’abbatiale de Mouzon, sa paroisse d’adoption, dirige ses chœurs d’enfants, monte avec eux des comédies musicales, accompagne pléthore de chorales et musiciens divers, forme les organistes liturgiques du diocèse… bref, « l’homo musicus » polymorphe dont on ne peut plus se passer, et d’un commerce agréable de surcroît.

Voilà seulement qu’il entame une carrière de concertiste : Mouzon, Reims, N-D de Paris, Albi, Eichstätt, Mantova, Saint-Guilhem le Désert… et le premier album qu’il entreprend – enfin – après avoir enregistré un grand nombre de confrères, c’est le COUPERIN que nous vous proposons ici, et auquel j’ai eu le bonheur de collaborer, à Albi, à Reims, et à Mouzon, trois capitales historiques de l’élan gothique, de l’orgue classique français et de la musique sacrée.

Ah, j'oubliais ! Il est aussi Président de "Présence de l'Abbatiale" depuis le 1er décembre 2012 ! Donc mon patron... (à suivre)

 

Retour à la galerie